European Interreligious Forum For Religious Freedom
Articles
1 2 3 4 5 » ... 34

On the 10th of April 2014, Mr Morten Wold, member of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe, did ask for the report, resolution and recommendation drafted by Mr Rudy Salles, "The Protection of the minors against excesses of sects", to be rejected by the Assembly. Finally, the resolution has been amended in order to promote religious freedom for all, and the recommendation to the Committee of Ministers of the Council of Europe has been rejected.


To see the press release of EIFRF on this issue, click here

Rédigé par EIFRF le Friday, April 11th 2014 | Comments (0)

On the 10th of April 2014, Mr Valeriu Ghiletchi, member of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe, did ask for the report, resolution and recommendation drafted by Mr Rudy Salles, "The Protection of the minors against excesses of sects", to be rejected by the Assembly. Finally, the resolution has been amended in order to promote religious freedom for all, and the recommendation to the Committee of Ministers of the Council of Europe has been rejected.


To see the press release of EIFRF on this issue, click here

Rédigé par EIFRF le Friday, April 11th 2014 | Comments (0)

Mr Brian Binley, member of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe has recommended to reject the Rudy Salles report, resolution and recommendation "Protection of minors against the excesses of sects", on 10th of April 2014. The resolution has been finally completely amended for the better and the recommendation has been rejected.



Rédigé par EIFRF le Friday, April 11th 2014 | Comments (0)

Press release


Rudy Salles fails to export anti-religious policies to the 47 Member States of the Council of Europe

SOURCE: European Interreligious Forum for Religious Freedom & The All Faiths Network.

10 Apr. 2014 – STRASBOURG.

The recommendations of French MP Rudy Salles which would have had the effect of exporting French anti-religious policies to the 47 Member States of the Council of Europe has not been adopted by the Parliamentary Assembly of the Council of Europe.

All Salles´ recommendations - identified by former International Helsinki Federation Director Dr. Aaron Rhodes as “a recipe for discrimination and intolerance” and something that would “provide cover for arbitrary interference in religious life” - were cancelled. Instead, a completely different proposal was proposed and adopted:

“The Assembly therefore calls on the member states to sign and/or ratify the relevant Council of Europe conventions on child protection and welfare if they have not already done so”.

Salles´ proposals to establish information centres, establish a European observatory, carry out specialist training and a range of other actions on groups he derogatorily called ´sects´ – were all rejected by the Parliamentary Assembly.

Over 80 dedicated human rights organization and experts in criminal law, religious freedom and human rights from throughout the world, as well as a petition signed by more than 10,000 signatories, addressed the President Ms Anne Brasseur and key political figures of the Parliamentary Assembly asking for the proposed antireligious recommendations to be rejected.

While religious minorities still need to be alert to attempts of repressive individuals who try to use government positions to impose restrictive policies, the final resolution protects minors of religious minorities in light of article 9 of the Convention. At the same time it requests the Member States to implement policies of non-discrimination between traditional, non-traditions, new religious movements and “sects”, as can be seen in point 9 of the final resolution:

“9. The Assembly calls on member States to ensure that no discrimination is allowed on the basis of which movement is considered as a sect or not, that no distinction is made between traditional religions and non-traditional religious movements, new religious movements or “sects” when it comes to the application of civil and criminal law, and that each measure which is taken towards non-traditional religious movements, new religious movements or “sects” is aligned with human rights standards as laid down by the European Convention on Human Rights and other relevant instruments protecting the dignity inherent to all human beings and their equal and inalienable rights.”

Attempts by some Parliamentarians to remove the word ´sect´ entirely were rejected – although this was quite contradictory to the main direction of the majority of the amendments that were accepted. This can only be understood in terms of a political compromise where a report, having no factual basis, was thrust upon the Assembly and pushed through on a last-minute basis. Never-the-less, the fact that all the negative and discriminatory proposals were rejected is a positive sign that the Assembly saw through the attempts of Rudy Salles to impose a model of the French discriminatory approach to religious minorities on the rest of Europe.  
 

Rédigé par EIFRF le Friday, April 11th 2014 | Comments (1)

Discours prononcé lors de la conférence ""Une sérieuse menace pour la liberté de religion" au Conseil de l'Europe le mardi 8 avril 2014. Monsieur Berger, ancien jurisconsulte de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, avocat au Barreau de Paris et Professeur au Collège d’Europe à Bruges et Varsovie, a donné son opinion très critique sur le rapport écrit par Rudy Salles et destiné à être voté le 10 avril à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe. Pour lui, "S’ils étaient adoptés en l’état par l’Assemblée parlementaire, les projets de résolution et de recommandation [proposés par Rudy Salles] seraient de nature à porter une grave atteinte aux libertés de religion et d’association garanties par la Convention européenne des droits de l’homme."


Discours de Vincent Berger, ancien jurisconsulte de la CEDH, au Conseil de l'Europe sur le rapport "Rudy Salles"
LA PROTECTION DES MINEURS CONTRE LES DERIVES SECTAIRES : LE RAPPORT SALLES (1)
 
 
Note de Vincent Berger(2)
 
(24 mars 2014)
 
 
 
1. A l’évidence, la protection des mineurs est un souci légitime dans les sociétés démocratiques qui composent le Conseil de l’Europe. Le rapport Salles est pourtant loin d’y répondre de manière satisfaisante.
 
A. Des cibles détournées
 
2. En dépit de son intitulé, le rapport Salles comporte de nombreux passages qui ont une portée générale et donnent à penser que les mineurs servent de caution ou de prétexte à une offensive contre les « sectes ».
 
a) Une cible particulière
 
3. Le projet de recommandation(3) traite exclusivement de la protection des mineurs. Il correspond donc au but officiel du rapport.
 
b) Une cible générale
 
4. Le projet de résolution, lui, vise une cible beaucoup plus large(4). En effet, la moitié de ses points n’évoquent pas les enfants et adolescents : ils concernent les « mouvements religieux et spirituels à caractère sectaire » (§ 6.3), les « dérives sectaires » (§§ 6.6, 6.7 et 6.8) et le « phénomène sectaire » (§ 6.6).
 
5. Tel est aussi le cas de l’exposé des motifs, dont d’importants développements sont dépourvus de liens avec les mineurs (§§ 11-13, 22-26, 28, 35, 37et 42-44).
 
6. Il en va de même du résumé des réponses des délégations parlementaires des Etats membres au questionnaire adressé par le rapporteur (§§ 1 a)-d) et 2 b)-d)), lequel avait d’ailleurs souvent un caractère général.
 
B. Des prémisses infondées
 
7. Le rapport Salles repose sur des prémisses dont la pertinence est douteuse, qu’elles soient explicites ou implicites.
 
a) Des prémisses explicites
 
8. Une démarche européenne est nécessaire pour protéger les mineurs : cela n’a rien d’évident dans la mesure où, selon le rapporteur lui-même, de nombreux pays ne connaissent pas de graves cas de « dérives sectaires » affectant les mineurs et où l’immense majorité des Etats jugent inutile de légiférer à ce sujet.
 
9. Les « dérives sectaires » à l’égard des mineurs sont « un phénomène très préoccupant » (exposé des motifs, § 38) et qui « « demeure très inquiétant »  (exposé des motifs, § 46) : cela est démenti par les données disponibles sur les rares abus constatés dans certains Etats.
 
b) Des prémisses implicites
 
10. Les « sectes » présentent a priori un danger pour les mineurs : cela jette le discrédit et la suspicion sur l’ensemble des églises ou communautés non traditionnelles et sur l’ensemble des nouveaux mouvements religieux ou spirituels, alors que seule une infime minorité de ces entités peut - ou a pu dans le passé - prêter le flanc à la critique.
 
11. La législation des Etats membres, et notamment la loi pénale, ne suffit pas à protéger les mineurs : cela constitue une grave accusation portée contre les législateurs nationaux, suspectés de négligence, voire de complaisance, à l’égard de mouvements dangereux.
 
12. Les services publics des Etats membres ne remplissent pas convenablement leur office, en particulier pour veiller à la scolarité et à la santé des mineurs : ici encore il s’agit d’un procès d’intention fait aux autorités nationales.
 
C. Des modèles contestables
 
13. De manière voilée mais claire, le projet de résolution et surtout l’exposé des motifs militent pour des systèmes de lutte contre les « dérives sectaires » censés être efficaces et valables dans toute l’Europe.
 
a) Le « modèle » français
 
14. Le système français, en particulier, est présenté comme un modèle qui devrait être adopté par tous les autres Etats membres. Or il n’a pas fait la preuve de son efficacité, comme le montre le nombre dérisoire de cas d’abus signalés par la Miviludes. Quant à la loi About/Picard, elle a suscité la préoccupation de l’Assemblée parlementaire, qui a invité le gouvernement français à la revoir (Résolution 1309 (2002) Liberté de religion et minorités religieuses en France, § 6), et cela sans succès. Pourtant, le projet de résolution prône la répression - sans d’ailleurs aucune référence aux mineurs - de « l’abus de faiblesse psychologique et/ou physique de la personne » Il s’agit là d’une notion qui se trouve au cœur de la loi française mais qui est dénuée de valeur scientifique.
 
 
 
 
b) Le « modèle » allemand
 
15. Le système allemand est lui aussi dépeint avec faveur, bien qu’il soit moins mis en avant. Les églises catholique et protestante y jouent un rôle important en matière de « conseil aux victimes des « dérives sectaires » et de collecte d’information sur les mouvements sectaires » (exposé des motifs, § 38). Le rapporteur encourage les autorités à leur accorder une aide financière à cette fin. On peut cependant douter de la neutralité de telles églises, qui se trouvent en concurrence directe avec les « sectes ». On doit aussi s’interroger sur le risque pour l’Etat de déléguer ses attributions à des institutions privées, au point d’en faire le bras armé de la puissance publique.
 
D. Des initiatives redondantes
 
16.  Abstraction faite des dangers et inconvénients susmentionnés, le rapport Salles n’apporte pas de « valeur ajoutée » aux travaux de l’Assemblée parlementaire en la matière et en constitue souvent une répétition.
 
a) Les travaux précédents
 
17. Les travaux de l’Assemblée parlementaire concernant la protection de l’enfance contre les abus ont débouché sur les Résolutions 1530 (2007) et 1952 (2013) et sur les Recommandations 117 (2007) et 2023 (2013). Ils présentent un triple caractère. D’abord, ils sont très récents. Ensuite, ils remédient à ce qui semble apparaître, aux yeux du rapporteur, comme une carence du Parlement européen dans le domaine considéré. Enfin et surtout, ils couvrent l’ensemble des questions relatives aux atteintes à l’intégrité physique ou morale des enfants. Ils apparaissent donc amplement suffisants.
 
b) Le projet de résolution
 
18. Sur un plan général, l’Assemblée parlementaire a adopté les Recommandations 1178 (1992) et 1412 (1999) : la première est relative aux sectes et aux nouveaux mouvements religieux, la seconde aux activités illégales des sectes. Or le projet de résolution comporte deux invitations qui figurent déjà dans la Recommandation 1412 (1999) (§ 8 et § 10. ii et iv) : « dispenser un enseignement de l’histoire des religions et des grands courants de pensée dans le cadre de l’enseignement scolaire » (§ 6.4) et « veiller à ce que l’obligation de scolarité soit appliquée et assurer un contrôle strict, rapide et efficace de tout enseignement privé, y inclus la scolarité à domicile » (§ 6.5).
 
E. Des suppositions inexactes
 
a) L’exposé des motifs
 
19. Le rapport Salles constate que « La CEDH n’a jamais rendu des arrêts portant sur les mineurs – victimes de l’influence des sectes directement ou par le biais de leurs parents ou des personnes les ayant pris en charge » (exposé des motifs, § 14). Il l’explique en partie par « la spécificité de la procédure devant la Cour » et « le manque de capacité juridique pour agir » des mineurs en droit national (ibidem). Il ajoute qu’ « il est difficile d’imaginer une situation, dans laquelle leurs parents ou les représentants légaux – adeptes d’un mouvement sectaire – saisiront les tribunaux afin de protéger les enfants contre eux-mêmes » (ibidem). Il laisse ainsi entendre que les mineurs se trouvent sans défense, ce qui est inexact.
 
b) La jurisprudence de Strasbourg
 
20. Les Etats parties à la Convention européenne des droits de l’homme ont une obligation positive de protection des personnes. Cette obligation vaut au premier chef pour les mineurs et peut être invoquée devant les juridictions internes par des proches qui les estimeraient en danger. Il en va de même à Strasbourg : la victime indirecte d’une violation de la Convention peut se plaindre dès lors qu’elle a un lien particulier et personnel avec la victime directe. Ce serait le cas des parents proches tels que les grands-parents et les tantes ou oncles. L’absence de décisions de la CEDH relatives à des mineurs frappés par des « dérives sectaires » ne s’explique donc pas par une quelconque impossibilité d’introduire des requêtes remplissant les conditions de recevabilité.
 
F. Conclusion
 
21. S’ils étaient adoptés en l’état par l’Assemblée parlementaire, les projets de résolution et de recommandation seraient de nature à porter une grave atteinte aux libertés de religion et d’association garanties par la Convention européenne des droits de l’homme. En effet, ils jettent l’opprobre sur tous les nouveaux mouvements religieux et spirituels qui sont apparus en Europe aux côtés des églises et confessions traditionnelles, en les soupçonnant a priori de « dérives sectaires » contraires à la loi et préjudiciables aux mineurs.
 
 


1 Rapport de M. Rudy Salles, Commission des questions juridiques et des droits de l’homme, Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.
2 Avocat au Barreau de Paris et professeur au Collège d’Europe à Bruges et Varsovie ; ancien jurisconsulte de la Cour européenne des droits de l’homme.
3 Adopté par la Commission le 3 mars 2014.
4 Adopté par la Commission le 3 mars 2014.


Rédigé par EIFRF le Thursday, April 10th 2014 | Comments (0)

More than 10 000 signed a petition demanding Council of Europe to stop proposed anti-religious legislation
Coordination of Associations and Individuals for the Freedom of Conscience

PRESS RELEASE

 

The CAP on-line petition  to “Stop Proposed Legislation in Council of Europe that poses a Serious Threat to Religious Freedom” has reached 10,000 signatures – in just over one week. The petition addresses international concern raised over a report drafted in the Council of Europe’s Parliamentary Assembly “On the protection of minors against excesses of sects” . The Report and Resolution will be voted on the April 10, amidst considerable controversy.

The petition says “If this legislation is adopted, it will constitute a major step backwards for religious tolerance and the rights of religious minorities in the 47 countries that comprise the Council of Europe” and goes on to explain that the “draconian legislation adopts the controversial and internationally criticized French policies towards minority religious movements. The proposed measures recommended in the Report represent an attempt to target families of minority religious organizations, which in turn violates the fundamental freedoms of millions of members of minority faiths throughout the Council of Europe and stimulates hostility towards them by stigmatizing targeted religious groups.”

CAP has also produced a brochure on the subject “Sects: a non-problem”. The brochure compares the excessive statements made by French rapporteur, Rudy Salles, with various statements made by French officials and the French agency MIVILUDES (Interministerial Mission for the Fight Against Sectarian Deviances).

At the heart of the matter is the crucial point that whilst Mr. Salles and his like have for years been stating that there is a problem, MIVILUDES, the very body that has been tasked to look into the supposed problem has not found any evidence. Yet absurdly, they all continue to assert that there is a problem – in the face of their own evidence that there is not.

The CAP report firstly highlights a 2006 French Parliamentary inquiry into the subject. French officials for the Ministry of Justice, the Ministry of Interior, the Ministry of Youth Sports and Community Services and the Ministry of Foreign Affairs (to mention just a few) made statements that the supposed sectarian problem “was very marginal”, “there was no incident involving children,” and “we have not had any cases.” It then goes on to quote from the only other significant report issued by the MIVILIDES to date – a survey of different European countries – which again showed that there was no significant concern in the vast majority of countries.

So, after two significant attempts to find proof of a problem have failed in France, a French Member of Parliament has written a report for the Council of Europe, which again fails to find evidence of a problem, yet again it proposes that repressive measures, measures that violate human rights principles, should be implemented.

It is this ludicrous situation that has raised the concern of more than ten thousands citizens in such a short time. The petitioners urge the Council of Europe parliamentarians “to vote against this repressive legislation”.

contact : +336 70 66 04 42


Rédigé par EIFRF le Thursday, April 10th 2014 | Comments (0)

La libertà religiosa europea diventerà più fragile se giovedì prossimo l’Assemblea parlamentare del Consiglio d’Europa adotterà la «Risoluzione sulla protezione dei minori dalle derive settarie»

Articolo di  Marco Ventura
Corriere della Sera,  8/4/2014 
 
MILANO - La libertà religiosa europea diventerà più fragile se giovedì prossimo l’Assemblea parlamentare del Consiglio d’Europa adotterà la «Risoluzione sulla protezione dei minori dalle derive settarie». La Risoluzione chiede ai governi di sorvegliare e reprimere le sette, gruppi che isolano e manipolano la gioventù, e che si distinguono dalle religioni tradizionali, di cui i governi dovrebbero servirsi per proteggere i giovani dalle «derive settarie».
 
Per i fan della Risoluzione, non basta la tutela penale ordinaria dei minori, senza distinzioni di fede, che mette alla pari gli abusi commessi da un prete, un guru o un non credente. Andrebbero invece punite specificamente le «derive settarie», ovvero le «tecniche di pressione aventi lo scopo o l’effetto di creare, mantenere o sfruttare uno stato di soggezione psicologica o fisica, in modo tale da danneggiare l’individuo e la società». Dove è stata percorsa, questa via è stata un fallimento. E ha violato diritti [...]
 

Leggi tutto:

http://www.evangelici.net/notizie/1396966543.html


Rédigé par EIFRF le Wednesday, April 9th 2014 | Comments (0)

1 ... « 12 13 14 15 16 17 18 » ... 30