European Interreligious Forum For Religious Freedom

eifrf-articles




Articles
1 ... « 7 8 9 10 11 12 13 » ... 35

On April 7, 2014 forty one members of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe issued a written declaration to protest against the death penalty pronounced against 529 activists of the Muslim Brotherhood, asking for a moratorium on the use of capital punishment in Egypt. Here is the text of their declaration:


Parliamentary Assembly of the Council of Europe writes against death penalty for Muslim Brotherhood members in Egypt
"We observed the events of the Arab Spring with anxiety, hope and joy. We admired the determination, courage and dedication of Egyptians in their struggle for the civil rights they deserved. The attention of the international public was focused on Egypt.
 
The attention and engagement of the international public was certainly an important factor which contributed to the victory of the Egyptian society over the authoritarian and non-accepted State authorities.
 
However, the civic victory did not bring lasting stability to Egypt. We do not intend to declare support for any of the parties of the political conflict in Egypt, but we are most astonished and concerned about the manner of conducting the trial and the sentence passed against activists of the Muslim Brotherhood. Sentencing 529 people in one brief show trial is an event without precedent in the modern world and bears the features of a judicial murder.
 
We believe that using the death penalty as a tool in the fight against political opponents cannot be accepted by the international community.
 
The undersigned members of the Parliamentary Assembly appeal to the Egyptian authorities – and to the authorities of all States whose law allows the death penalty – to introduce a moratorium on the use of the capital punishment."

Members of the Assembly who signed this declaration are:

HALICKI Andrzej, Poland, EPP/CD
ARIEV Volodymyr, Ukraine, EPP/CD
BAKOYANNIS Theodora, Greece, EPP/CD
BIEDROŃ Robert, Poland, SOC
BOROWSKI Marek, Poland, SOC
BUBLEWICZ Beata, Poland, EPP/CD
ČIGĀNE Lolita, Latvia, EPP/CD
D'ARCY Jim, Ireland, EPP/CD
DERVOZ Ismeta, Bosnia and Herzegovina, EPP/CD
DİŞLİ Şaban, Turkey, EPP/CD
FABRITIUS Bernd, Germany, EPP/CD
FISCHER Axel E., Germany, EPP/CD
GERASHCHENKO Iryna, Ukraine, EPP/CD
GHILETCHI Valeriu, Republic of Moldova, EPP/CD
GÓRCZYŃSKI Jarosław, Poland, EPP/CD
HARDT Jürgen, Germany, EPP/CD
HENNRICH Michael, Germany, EPP/CD
HETTO-GAASCH Françoise, Luxembourg, EPP/CD
IWIŃSKI Tadeusz, Poland, SOC
JANDROKOVIĆ Gordan, Croatia, EPP/CD
KYRIAKIDES Stella, Cyprus, EPP/CD
LĪBIŅA-EGNERE Inese, Latvia, EPP/CD
MATUŠIĆ Frano, Croatia, EPP/CD
MITCHELL Olivia, Ireland, EPP/CD
MORENO PALANQUES Rubén, Spain, EPP/CD
O'REILLY Joseph, Ireland, EPP/CD
PAKOSTA Liisa-Ly, Estonia, EPP/CD
PECKOVÁ Gabriela, Czech Republic, EPP/CD
PIPILI Foteini, Greece, EPP/CD
POLČÁK Stanislav, Czech Republic, EPP/CD
POURBAIX-LUNDIN Marietta, de, Sweden, EPP/CD
PREDA Cezar Florin, Romania, EPP/CD
SOBOLEV Serhiy, Ukraine, EPP/CD
SPAUTZ Marc, Luxembourg, EPP/CD
STRENZ Karin, Germany, EPP/CD
TALIADOUROS Spyridon, Greece, EPP/CD
TZAVARAS Konstantinos, Greece, EPP/CD
ULLRICH Volker, Germany, EPP/CD
WACH Piotr, Poland, EPP/CD
WELLMANN Karl-Georg, Germany, EPP/CD
ZECH Tobias, Germany, EPP/CD

Source on the Assembly's website
 


Rédigé par EIFRF le Wednesday, April 16th 2014 | Comments (0)

At an event in the Council of Europe on 8th of April a coalition of 5 groups concerned with Religious Freedom held a well-attended event on the subject. The event was sponsored by Member of Parliament Valeriu Ghiletchi.


The event was held to focus attention on the already extensive criticism of French MP Rudy Salles' Report "The protection of minors against excesses of sects" -- a report that has finally be debated in the Parliamentary Assembly on the 10th April and rejected by the Assembly (see here). 
 
The two speakers, Professor Vincent Berger (former Jurisconsult of the ECHR) and Dr Aaron Rhodes (new elected President of FOREF Europe, founder of the Freedom Rights Project and former director of the International Helsinki Foundation) outlined the dangers of adopting a report that would affect the rights of religious minorities when, from a human rights and legal perspective, there are no or inadequate definitions to define the supposed problem. To implement measures without any clear legal basis would only end up stigmatizing and eventually reducing the rights and protection of children and their parents.

The groups sponsoring this event were: 
 
European Interreligious Forum for Religious Freedom 
Care for Europe 
The Moscow Helsinki Group 
The All Faiths Network 
The European Evangelical Alliance 


Rédigé par EIFRF le Sunday, April 13th 2014 | Comments (0)

Rudy Salles échoue dans sa tentative d’exportation d’une politique antireligieuse dans les 47 pays membres du Conseil de l’Europe
SOURCE: European Interreligious Forum for Religious Freedom & All Faiths Network.
 
10 Avril 2014 – STRASBOURG. Les recommandations du député français Rudy Salles, qui auraient eu pour effet d’exporter la politique antireligieuse française dans les 47 pays membres du Conseil de l’Europe, n’ont pas été adoptées par l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe.
 
Toutes les recommandations de Salles - qualifiées par l’ancien Directeur de la Fédération Internationale d’Helsinki, Aaron Rhodes, de “recettes pour la discrimination et l’intolérance” et de dispositions qui “apporteraient une caution aux interférences arbitraires dans la vie religieuse” – ont été rejetées. En lieu et place, une proposition complètement différente a été proposée et adoptée :
 
“L’Assemblée appelle donc les états membres à signer et/ou à ratifier les conventions pertinentes du Conseil de l’Europe sur la protection et le bien-être des enfants, s’ils ne l’ont pas déjà fait”.
 
Les propositions de Salles de créer des centres d’information, de créer un observatoire européen, de prendre des mesures de sensibilisation et diverses autres actions à l’encontre de groupes qu’il a péjorativement qualifiés de ´sectes´ – ont toutes été rejetées par l’Assemblée Parlementaire.
 
Plus de 80 associations engagées dans la défense des droits de l’homme, experts en droit pénal, spécialistes de la liberté de religion et des droits de l’homme du monde entier, accompagnés d’une pétition signée par plus de 12 000 signataires, se sont adressés à la Présidente, Mme Anne Brasseur, et à d’autres personnalités de l’Assemblée parlementaire en demandant que les recommandations antireligieuses proposées soient rejetées.
 
Alors que les minorités religieuses doivent continuer à rester alertes face aux tentatives d’individus répressifs qui tentent d’utiliser leur position officielle pour imposer des politiques restrictives, la résolution finale protège les mineurs qui font partie de minorités religieuses à la lumière de l’article 9 de la Convention. En même temps, il demande aux états membres de mettre en place des politiques de non-discrimination entre les religions traditionnelles, non-traditionnelles, les nouveaux mouvements religieux et les “sectes”, comme on peut le voir au point 9 de la résolution finale :
 
“9. L'Assemblée invite les Etats membres à veiller à ce qu'aucune discrimination ne soit autorisée en raison du fait qu'un mouvement est considéré ou non comme une secte, à ce qu'aucune distinction ne soit faite entre les religions traditionnelles et des mouvements religieux non traditionnels, de nouveaux mouvements religieux ou des «sectes» s'agissant de l'application du droit civil et pénal, et à ce que chaque mesure prise à l'encontre de mouvements religieux non traditionnels, de nouveaux mouvements religieux ou de «sectes» soit alignée sur les normes des droits de l'homme telles qu'elles sont consacrées par la Convention européenne des droits de l'homme et d'autres instruments pertinents protégeant la dignité inhérente à tous les êtres humains et l'égalité de leurs droits inaliénables.”
 
Les demandes de certains Parlementaires de retirer entièrement le mot ´secte´ ont été rejetées – bien que cela soit en contradiction avec la direction générale de la majorité des amendements qui ont été acceptés. Cela ne peut se comprendre qu’en termes de compromis politique là où un rapport, sans base factuelle, a été imposé à l’Assemblée et poussé à la dernière minute. Néanmoins, le fait que toutes les propositions négatives et discriminatoires aient été rejetées est un signal positif montrant que l’Assemblée a vu clair à travers les tentatives de Rudy Salles pour imposer comme un modèle l’approche discriminatoire française à l’encontre des minorités religieuses au reste de l’Europe. 
 
Lien vers la résolution finale complète :
http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-en.asp?fileid=20889&lang=fr
 

Rédigé par EIFRF le Saturday, April 12th 2014 | Comments (3)

1 ... « 30 31 32 33 34 35 36 » ... 70